N.O.U.S = Nouveaux hOrizons de l'Utilité Sociale

Locavore et locatherme ou le concombre espagnol d'Allemagne

Article d'écriture collective (juillet 2011- mars 2013)

Les villes sont l'avenir de l'humanité... à condition que leur espace environnant leur offre nourriture (loca-vore) et énergie (loca-therme) .
Des travaux récents d'économistes et d'historiens montrent l'évolution de la consommation de la ville de Paris depuis trois siècles:

 - en 1786, Paris avait 0,7 Millions d'habitants, et les parisiens consommaient  5,4 Kg de protéine/hab /an (dont plus de la moitié en céréales), et la distance moyenne parcourue par cette protéine pour arriver à Paris était 170 Km (céréales des Yvelines et de l'Essonne… et la viande venait elle-même à pied dans les abattoirs de la ville…

 

- en 1896, Paris avait 3,7 Millions d'habitants, et les parisiens consommaient  7 Kg de protéine/hab /an (avec davantage de viande), et la distance moyenne parcourue par cette protéine pour arriver à Paris était 266 Km (céréales de la Beauce, viande de Normandie, et la viande prenait davantage les transports en commun..)

 

- en 2006, Paris avait 11,5 Millions d'habitants, et les parisiens consommaient  8 Kg de protéine/hab /an (avec 70% de la protéine provenant de la viande ou du lait), et la distance moyenne parcourue par cette protéine pour arriver à Paris était de … 662 Km (céréales du monde entier, et, même si la viande provient de France… le soja qui a permis la production de viande ou de lait provient, lui, d'Amérique du Nord ou du Sud !)

 Les mêmes estimations ont été faites sur l'énergie consommée (chauffage, transports) et la distance parcoure entre le lieu d'extraction (pétrole, uranium, charbon,) et le lieu de consommation.

Les jeunes adultes de 2011 seront encore plus citadins et confrontés à ce "monstre doux" de l'air du temps ( = l'individualisme et l'apparence du corps, le divertissement,  la peur des maladies, des étrangers, des bactéries tueuses, des "fous de Dieu"...).

Ces réflexions sur le coût collectif du transport et sur l'intensification de l'agriculture, sont débattus et mises en œuvre sur les places Tahrir au Caire, Wall Street à New York, Puerta del Sol à Madrid, Esplanade de la Défenseà Paris, Martins's Place à Sydney, ou de la Bastille pour ré-apprendre à s'indigner et à construire l'avenir.

Les outils de démocratie directe et réelle sont également discutés et testés en Grèce, en Pays basque, comme la consultation budgétaire directe obligatoire et non anonyme ("COBUDO"), pour s'éloigner de ce monstre doux de l'air du temps

Ces notions d'empreinte de la ville (y compris sa consommation de matériau (granulats, eau, espaces imperméabilisés, etc..) sur son espace environnant et sur la planète montrent bien que le développement passe (et il ne faut surtout pas le regretter !) par une densification des villes et une relocalisation des productions de nourritured'énergie et de matériaux (dont l'eau et l'air ...).

Il est urgent (et simple) de rendre nos villes beaucoup plus locavores et  locathermes, sans "révolution écologique" et sans "guerre économique", simplement par la consultation budgétaire directe et obligatoire (voir article dans ce blog ou sur: //www.agoravox.fr/IMG/COBUDO.doc ou chercher sur les publis ou  blog de Sabine Barles,  Gilles Billen ou Lionel Fontagné)



09/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour