N.O.U.S = Nouveaux hOrizons de l'Utilité Sociale

Dortoir à 5, pas de conflits


Article en cours de réécriture collective (juillet 2012)

NOUS
avons reçu ce témoignage d'un jeune adulte revenant du congrès de France nature Environnement à Montreuil en mars, où la "magie" du Grenelle continue de faire illusion : il serait possible de faire émerger des consensus en invitant  5 "parties" autour d'une table...
Et la "magie" du chiffre cinq vient de ce que:
- quand tu vois que les quatre autres sont loin de ta position, tu laisses tomber et tu cherches d'autres thèmes sur lesquels trouver des alliés...
- quand tu vois qu'un autre est sur la même position que toi, alors tu fonces au combat, car il te suffit de rallier une des trois autres "parties" pour avoir la majorité et faire triompher ton point de vue..

Les cinq collèges du Grenelle sont (mais chacun des collèges n'est pas homogène!):
 
  - l'Etat (sans oublier de confronter les ministères de l'agriculture, de l'industrie, avec ceux de la santé ou de l'écologie..)
  - les élus (nationaux, territoriaux, sans oublier de confronter majorité et opposition..)
  - les ONG (sans oublier de mêler les chasseurs, les pêcheurs, les kayakistes, les familles rurales, avec les écologistes et les consommateurs..),
les "opérateurs"  côté employeurs (les entreprises, sans oublier de mêler le MEDEF et les petits syndicats PME et TPE  du transport et du green business...)
les "opérateurs"  côté salariés (les syndicats, sans oublier de mêler la CGT et les syndicats jaunes corporatistes"... et au sein de la CGT, un pronucléaire qui travaille chez EDF et un écolo fonctionnaire du MEEDDM..)

A quand cette "gouvernance à cinq" de proximité, dans nos communes ?

Mais, les consensus doivent être contractualisés et l'Etat doit être garant du respect du contrat.

Chaque citoyen doit donc, via l'Etat, être associé au respect de ce contrat, par exemple, grâce à la consultation budgétaire directe obligatoire et non anonyme ("COBUDO").

* COBUDO:

 Il s'agit de donner à chaque électeur un "droit de tirage" sur le budget de sa commune, sans caractère coercitif pour les élus, mais très éclairant sur ces notions perdues que sont l'intérêt collectif, la solidarité, la construction d'une communauté.

Pour les jeunes adultes qui, face au "monstre doux" de l'air du temps ( = l'individualisme et l'apparence du corps, le divertissement,  la peur des maladies, des étrangers, des bactéries tueuses, des "fous de Dieu"...), se réunissent sur les places Tahrir, Puerta del Sol ou de la Bastille pour ré-apprendre à s'indigner et à construire, cet outil de consultation (gratuit et obligatoire) est un outil d'avenir !

Ainsi, chaque année, la consultation budgétaire directe obligatoire et non anonyme ("COBUDO") permet aux électeurs de s'éloigner du monstre doux et de regarder ce que donne la somme des vœux individuels. Et chaque élu devra , plutôt que plaire, chercher à convaincre pour expliquer les écarts (vertueux... ou non) entre cette somme de vœux individuels et le budget réellement appliqué par sa commune ou sa collectivité publique…

De la pédagogie et de la responsabilité partagée sur le nerf de la guerre. Quelques maires ont testé sur une centaine de volontaires, et les résultats de cette démocratie de responsabilité sont convaincants: les vieux n'ont pas mis 100% de leur "droit de vote budgétaire" sur la sécurité ou l'entretien de l'église... non, ils ont mis beaucoup  sur l'école.. car ils veulent que les petits enfants continuent de vivre dans la commune !

 





19/03/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour